top of page
Rechercher

L'environnement naturel des perroquets : le biotope


La majorité des perroquets vit en forêt, et la disposition zygodactyle de leurs doigts – c’est-à- dire que les deuxième et troisième doigts sont disposés à l’avant alors que le pouce et le quatrième doigt sont disposés à l’arrière - est particulièrement adaptée au grimper.


Il existe quelques espèces minoritaires qui vivent dans des zones de plaines ou de montagnes non arborées.


Dans la nature, leur présence est conditionnée d’une part par les ressources alimentaires et d’autre part par la disponibilité des lieux de nidification notamment dans les arbres.


Les Psittacidés parcourent de grandes distances pour s’alimenter et s’abreuver, pouvant aller jusqu’à quarante kilomètres par jour. Des migrations partielles concernent de nombreuses espèces à la recherche de fruits mûrs et de graines.


Si les perruches australiennes, omnicolores et de Pennant, sont plutôt sédentaires et ne se déplacent que dans un périmètre restreint, d’autres au contraire sont très nomades car dépendent des lieux où la pluviométrie est importante.


Très peu d’espèces sont migratrices au sens strict du terme. On peut citer la perruche de Latham et la perruche à ventre orange dont la période de reproduction a lieu en Tasmanie et qui migrent dans le sud de l’île principale de l’Australie, lorsque le climat tasmanien devient trop froid.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Les rituels d'élimination du chat

Le chat choisit généralement un ou plusieurs sites d'élimination. Il calque généralement ses habitudes sur l'exemple donné par sa mère. La plupart des chatons commencent à apprendre la propreté dès l'

La communication tactile du chien

La communication se définit comme un processus par lequel un individu, l’émetteur, émet un signal en direction d’un autre individu, le récepteur et influence le comportement de ce dernier. Elle permet

L'odorat du chien

La muqueuse olfactive du chien varie de 85,3cm2 chez le fox terrier à 200cm2 chez le labrador contre seulement 5 cm2 chez l’Homme. Le nombre de cellules olfactives est également très supérieur à celui

Comments


bottom of page