top of page
Puppy Rescue

Les principaux troubles du comportement

Je vous détaille ici les principaux troubles du comportement auxquels je suis confrontée dans ma pratique et pour lesquels une séance d'analyse comportementaliste peut s'avérer efficace, couplée ou non à une consultation de naturopathie (d'où les exemples de plantes que je maitrise), également associée ou non à une communication animale.

 

Il est important de noter ici, que les plantes à utiliser sont très nombreuses, je n’ai fait qu’une synthèse des plus courantes, il y en a bien d’autres qui sont conseillées individuellement; les thérapies à disposition sont la phytothérapie, la gemmothérapie, l’aromathérapie, l’homéopathie, l’oligothérapie, toujours la diététique, l’apithérapie entre autres. 

Je vous rappelle que ces exemples ne sont pas pour inciter à l'auto-médication, faites appel à NaturoPlumes!

La phobie

Gros plan d'un chien noir

C’est un trouble émotionnel qui s’exprime par des signes de peur ou de craintes en présence d’un stimulus n’entrainant aucun danger réel pour le chien. 

 

Les expressions de crainte ou de peur peuvent être 

  • neurovégétatives : tremblement, hypersalivation, pupille dilatée (mydriase), augmentation du rythme respiratoire (tachypnée) et cardiaque (tachycardie), sudation des coussinets, vidange des glandes anales, miction et défecation de peur;

  • déficitaires de la peur : inhibition avec postition de repli ( membres fléchis, queue sous le ventre, oreilles plaquées contre la tête), arrêt des activités de marche, de prise alimentaire sur l’instant, et évitement;

  • productives : fuite, recherche d’une cachette allant jusqu’à la destruction, recherche de l’être d’attachement, possible agression par irritation ou peur si le chien est contraint ou n’a pas d’issue.

 

Les plantes efficaces seront la valériane, la passiflore, l’eschscholtzias, le temple, la mimule, le tilleul, l’impatiente, la bruyère, le ginkgo, en homéopathie ce peut être du gelsémium, argentum nitricum, aconit, rana buffo, arnica et bien d’autre encore selon la cible de la peur.

L’anxiété

C’est un trouble émotionnel défini par une cascade de réaction associée aux manifestations neurovégétatives (tremblement, hypersalivation, pupille dilatée, augmentation du rythme respiratoire et cardiaque, sudation des coussinets, vidange des glandes anales, miction et défecation de peur).

 

On retrouve en plus un état d’hypervigilance, une maîtrise partielle ou inhabituelle des autocontrôles (capacité du chien à résister à une action motrice impulsive) et une moins bonne adaptabilité aux changements (internes comme externes).

Trois type d’anxiété sont décrits : paroxystique, intermittente ou permanente. 

 

Les plantes intéressantes seront l’eschscholtzias, le houblon, la griffonna, la lavande, la belladone, la camomille, la passiflore, la valériane.

Chien sous un tapis

Le syndrome dépressif 

Un chien dormant

Ce trouble implique l’humeur et produit des états d’inhibition générale associés à une apathie (démotivation), grande lassitude, tristesse, des troubles du sommeil et de l’appétit.

 

Les humains vivant avec des chiens dépressifs les décrivent comme triste, peu actif, sans contact, ne demandant pas de câlins, ignorant les sollicitations, désintéressés du jeu, semblant être des coquilles vides. Il existe des formes de dépression aigües et chroniques. 

  • La forme aigüe survient souvent après un traumatisme brutal ou violent, le décès d’un humain ou animal du cercle familial proche, ou encore un changement trop important dans son mode de vie. Les symptômes apparaissent dans les dix jours suivants l’évènement.

  • La forme chronique est évolutive et peut être la conséquence d’un trouble comportemental chronique ou non traité (anxiété, dépression aigüe); elle peut s’associer à un syndrome de privation, à la sénescence (vieillesse), une maladie métabolique ou une affection du système nerveux central (tumeur, infection virale).

 

Les plantes efficaces seront parmi la clématite, l’impatience, la belladonne, la camomille, la valériane, l’églantine, la saule et en homéopathie Arnica, Ignatia Amara

Les troubles de l’humeur (dysthymie)

C’est une affection assez rare qui implique des variations imprévisibles de l’humeur sur un laps de temps court (quelques jours) alternant entre agressivité, impulsivité, trouble du sommeil et de l’appétit et parfois des stéréotypies (comportements anormaux sans but et sans contexte).

La dysthymie peut être unipolaire avec des cycles de phases productives appelées « hyper » et de retour à la normale; elle peut être bipolaire marquée par l’alternance entre des phases productives et déficitaires donc une humeur en dents de scie. 

Les phases productives engendre de l’agressivité, une hyperphagie (faim démesurée), une potomanie parfois (l’animal boit énormément sans s’arrêter), très peu de sommeil, des activités substitutives (léchage compulsif) ou des stéréotypies (mouvement de la langue dans la gueule), des destructions et des vocalises. 

 

Les plantes préconisées sont la valériane, l’Ylang-Ylnag, la gueule de loup, l’ortie, la vigne, la verveine, la camomille, la passiflore, la mélisse, le millepertuis, l’aubépine, l’homéopathie a aussi sa place (Nux vomica, Gelsemium, Lachesis mutus, Ignatia amara par exemple).

Brown Dog

L’hyperattachement

Chien heureux

Ce trouble correspond à un attachement démesuré de l’animal pour un autre être vivant. IL est important ici de distinguer l’anxiété de séparation et l’hyperattachement secondaire associé à un trouble émotionnel. 

Les chiens montre un comportement particulièrement gênant lorsqu’il n’est pas en présence de son repère « pathologique » avec des vocalisations, une malpropreté (urines et/ou selles), destructions, hypersalivation, parfois dermatite de léchage.

L’anxiété de séparation est l’hyperattachement à une seule personne que représente un peu sa mère de substitution, les manifestions commence après la puberté et sont provoquées par l’absence de la figure d’attachement, ce sont des signes d’anxiété et un comportement exploratoire en étoile autour de la dite personne. 

L’hyperattachement secondaire est ciblé sur une ou plusieurs personnes, le chien cherche à être toujours auprès de quelqu’un pour se sentir apaisé. À la différence de l’anxiété de séparation il peut tout à fait être gardé. 

 

Les plantes aidantes se trouveront parmi l’eschscholtzias, la mélisse, la passiflore, la valériane, l ‘aubépine, la sauge scalpée, la saule, la lavande, le mélilot sous des formes en phytothérapie, en élixirs floraux, en aromathérapie, en homéopathie.

Le syndrome Hs-Ha (Hypersensibilité-Hyparactivité) 

Ce trouble est lié au développement lors duquel il y a eu une insuffisance de maternage durant les deux premiers mois et qui a pour conséquence un déficit des autocontrôles, une hyperactivité et une hypersensibilité quelque soit le contexte.

Les chiens sont hyperactifs, infatigables, inépuisables, brutaux et maladroit, ils prennent très souvent les mains, les chevilles, les vêtements dans leur gueule et ingère des corps étrangers, ils utilisent le mordillement, ils dorment très peu mangent et boivent à outrance. 

 

Les plantes en recommandées sont l’eschscholtzias, le houblon, la griffonna, la lavande, la belladone, la camomille, la passiflore, la valériane, le millepertuis, l’aspérule, le tilleul.

Chiot sous une table

Le syndrome de privation sensorielle

chiot

Ce trouble provient d’une absence de stimulations suffisantes et une pauvresse de l’environnement du chien depuis sa naissance à 3-4 mois et engendre des manifestations de crainte ou de peur. On retrouve généralement des phobies sociale, urbaine, des appareils électriques / électroménagers, de l’anxiété et/ou une dépression. 

 

Selon les manifestations que présentera le chien, on pourra utiliser l’eschscholtzias, la valériane, la mélisse, le houblon, la passiflore, le millepertuis, l’aubépine, le ficus

La sociopathie (trouble de la communication)    

C’est un trouble du comportement du chien adulte évoluant dans un groupe social où les intégrations sont floues et/ou incohérentes d’un point de vue hiérarchique. Il existe la sociopathie Homme-chien et intraspécifique (entre chiens). 

Ce trouble amène le chien à être agressif dès qu’on ne respecte pas ses règles ou au minimum fait du marquage urinaire voire fécal, et un chevauchement hiérarchique. Les agressions se dirigent en premier lieu vers l’adulte du même sexe épargnant les sujets jeune et immature sexuellement. Ce sont des chiens qui prennent toujours les initiatives du jeu, des câlins, des soties et qui dérapent en aboyant, grognant puis agressant lorsque l’humain n’obtempère pas. Cette situation fait le lit de l’anxiété rendant le chien encore plus dangereux par le suite. 

 

Les plantes efficaces sont la valériane, l’Ylang-Ylnag, la gueule de loup, l’ortie, la vigne, la verveine, la camomille, la passiflore, la mélisse, le millepertuis, l’aubépine, l’homéopathie a aussi sa place (Nux vomica, Gelsemium, Lachesis mutus, Ignatia amara par exemple).

Chien qui aboie

L’anxiété de déritualisation

Portrait de chien

Ce trouble atteint l’adulte dont les conditions de vie ont changées; le chien vivait dans un groupe avec des rituels bien ancrés, c’est la modification des ses habitudes de vie qui conduisent à se problème naturel pendant trois semaines et pathologique au-delà. Cela induit une anxiété intermittente ou permanente, le chien devient hypervigilant, inquiet, insomniaque et de plus en plus peureux. Il manifeste aussi un léchage excessif, des troubles digestifs, une boulimie ou anorexie. 

Ce peut être un chien abandonné puis adopté, un déménagement, l’intégration d’autres animaux.

 

Ici on pourra conseiller l’eschscholtzias, le houblon, la griffonna, la lavande, la belladone, la camomille, la passiflore, la valériane, l’homéopathie a aussi sa place (Nux vomica, Gelsemium, Lachesis mutus, Ignatia amara par exemple), les élixirs floraux seront très intéressants.

La dyssocialisation

C’est le problème où le chien ne sait pas se soumettre ni à l’humain ni à un congénère, il ne sait pas mener des intéractions normales avec ses congénères qu’il agresse ou dont il a peur. La dyssocialisation peut être primaire, ou secondaire.

La dyssocilaisation primaire : globalement, ces chiens n’ont pas appris la soumission en raison d’un défaut de maternage et/ou d’une séparation précoce avec la fratrie, ils ne supportent pas la contrainte, les réprimandes et se révoltent systématiquement ou presque, la nourriture est un problème qui les rend agressifs, ils auront tendance à voler les aliments, ils ne savent pas adopter les postures de soumissions et ne peuvent avoir aucun contact avec les autres chiens car cela tourne mal. 

La dyssocialisation secondaire : ces chiens là connaissent les codes sociaux élémentaires mais n’ont pas suffisamment ou pas du tout entretenue leur socialisation avec leurs congénères, ils ont développés, en quelques sortes, une phobie sociale généralisée soit un traumatisme comme une attaque par un autre chien qui a renforcé sa peur ou encore s’ils ont été dressé au combat. Dans cette forme là, les agressions sont systématiques sur les congénères peut importe leur âge, leur sexe, en revanche le chien peut se soumettre à ses humains ou les congénères qu’il connait bien. 

 

Les plantes qui auront un impact seront la valériane, la passiflore, l’eschscholtzias, le temple, la mimule, le tilleul, l’impatiente, la bruyère, le ginkgo, en homéopathie ce peut être du gelsémium, argentum nitricum, aconit, rana buffo, arnica et bien d’autre encore selon que l’animal est peur ou manisfeste de l’agressivité

Museau de chien

Le syndrome de dysfonctionnement cognitif  

Chien mignon

Ce trouble est celui du chien vieillissant, on peut le rapprocher de la maladie d’Alzheimer chez l’homme; Le système nerveux est usé et occasionne des dégradations comportementales comme la désorientation, l’inversement du cycle nycthéméral (jour/nuit), la malpropreté et la perte des habilités sociales. Les chiens atteints sembles tristes, ne répondent plus lorsqu’on les appelle, ne font plus des fêtes lorsqu’on arrive, ne jouent plus, dorment le jour et s’agitent la nuit, durant laquelle ils déambulent, errants et désorientés, aboyant parfois, ils ne demandent plus à sortir pour faire leur besoin.

 

Dans ce cas, les plantes à donner seront en phytothérapie l’angélique, le ginseng, la gentiane, le cassis, l’ortie, en gemmothérapie le séquoia, le cassis, la sève de bouleau, le pin, la vigne rouge, en homéopathie silicea, baryta carbonica, arum metallicum, calcarea carbonisa.

Les avantages de faire appel à NaturoPlumes comme comportementaliste canin

C'est de pouvoir bénéficier de deux expertises complémentaires : 

- la naturopathie animale va être un support déterminant pour améliorer la gestion des émotions de votre animal

- l'analyse du profil comportemental de votre animal nous guidera vers les actions à mettre en place pour initier le retour à la normale

Renifler une main

Offre NaturoPlumes

Consultation de Naturopathie animale incluant l'analyse du profil comportemental

 

70 euros  tout compris 

bottom of page