top of page
Rechercher

Le chat chasseur...

La prédation chez le chat


Lorsqu'une chatte élève ses chatons, elle leur présente des proies, mortes puis vivantes, dès l'âge de 4 semaines, leur permettant de perfectionner leur technique de capture et d'apprendre à tuer.


Généralement, les chats tuent leur proie par une morsure dans la région de la nuque, les crocs comprimant la moelle épinière provoquant une mort rapide, presque sans lésion visible extérieurement.


Ce comportement est particulièrement pérenne dans l'espèce, il se retrouve même chez des chatons élevés au biberon, ou qui n'ont jamais eu l'opportunité de chasser lors de leur jeune âge. Il faudra toujours à ses chats un temps d'adaptation, la part innée ne remplaçant en rien l'expérience d'un chasseur aguerri. Un chat sera également plus à même de capturer le type de proies que rapportait sa mère, mais il pourra également capturer d'autres proies.


L'appétit n'est pas déterminant dans l'apparition du comportement de prédation. Un chat rassasié aura quand même une motivation pour la chasse. Les cris émis par les souris peuvent déclencher le comportement de prédation, mais c'est au mouvement de la proie que le chat est le plus sensible, un chat inexpérimenté ayant de grandes difficultés à repérer une proie immobile.


La technique de chasse du chat en fait un piètre chasseur d'oiseau : le chat progresse lentement, se plaçant à couvert ou au ras du sol, s'immobilisant à plusieurs reprises jusqu'au moment où il bondit sur sa proie. Cet « affût » particulièrement approprié à la capture des rongeurs (le chat leur laisse le temps de s'éloigner de leur terrier) n'est pas très efficace pour capturer des oiseaux qui restent souvent peu longtemps au sol et s'envolent avant que le chat ne se soit décidé à bondir. Le plus souvent, le chat capture des oiseaux inexpérimentés, faibles ou blessés, de manière opportuniste.


La faim joue également un rôle dans le comportement de prédation : un chat affamé mettra moins de temps à tuer sa proie, et tuera plus volontiers une proie de taille importante, parfois après une période de jeu, comme s'il lui fallait l'excitation nécessaire pour oser s'attaquer à une proie plus grosse, comme un rat. La même excitation interviendrait lorsqu'un chat tue plusieurs proies d'affilée, préférant tuer la seconde que de manger la première. Une période de jeu peut également faire suite à la capture de la proie.


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Les rituels d'élimination du chat

Le chat choisit généralement un ou plusieurs sites d'élimination. Il calque généralement ses habitudes sur l'exemple donné par sa mère. La plupart des chatons commencent à apprendre la propreté dès l'

La communication tactile du chien

La communication se définit comme un processus par lequel un individu, l’émetteur, émet un signal en direction d’un autre individu, le récepteur et influence le comportement de ce dernier. Elle permet

L'odorat du chien

La muqueuse olfactive du chien varie de 85,3cm2 chez le fox terrier à 200cm2 chez le labrador contre seulement 5 cm2 chez l’Homme. Le nombre de cellules olfactives est également très supérieur à celui

Comments


bottom of page