top of page
Rechercher

L'entraînement au clicker


Dans le processus d’entrainement, il est particulièrement intéressant d’utiliser le conditionnement opérant à l’aide du clicker parce qu’il permet à l’entraîneur d’utiliser un renforcement positif souvent qualifier de récompense n’étant pas systématiquement alimentaire ( félicitations enjouées, jouet préféré, caresses,…).


Ainsi avec cette méthode d’apprentissage, tout comportement récompensé augmente en intensité et en fréquence et tout comportement non valorisé diminue en intensité et en fréquence.



Il est important ici de comprendre les termes « positif » comme l’ajout d’un stimulus et « négatif » comme le retrait d’un stimulus.


Alors le renforcement positif correspond à l’ajout d’un stimulus désiré par l’apprenant, ce qui augmente la probabilité que l’apprenant reproduise le comportement.


Le renforcement négatif implique le retrait d’un stimulus aversif (expérience désagréable) ce qui augmente la probabilité que le comportement ne soit pas reproduit.


La punition positive est l’ajout d’un stimulus aversif ( menace d’un journal, jet d’eau, coup sur la laisse,…) dans le cas d’un comportement non souhaité.


L’omission (punition négative) nécessite le retrait d’un stimulus appétit ce qui peut réduire la probabilité que le comportement soit reproduit.


Les deux dernières options sont malheureusement encore largement utilisées dans les processus d’apprentissage.


On sait aujourd’hui que la punition positive et l’omission sont nettement moins efficaces, en terme de réponses comportementales, que le renforcement positif et même qu’elles ont des conséquences délétères même à court terme sur l’animal.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Les rituels d'élimination du chat

Le chat choisit généralement un ou plusieurs sites d'élimination. Il calque généralement ses habitudes sur l'exemple donné par sa mère. La plupart des chatons commencent à apprendre la propreté dès l'

La communication tactile du chien

La communication se définit comme un processus par lequel un individu, l’émetteur, émet un signal en direction d’un autre individu, le récepteur et influence le comportement de ce dernier. Elle permet

L'odorat du chien

La muqueuse olfactive du chien varie de 85,3cm2 chez le fox terrier à 200cm2 chez le labrador contre seulement 5 cm2 chez l’Homme. Le nombre de cellules olfactives est également très supérieur à celui

Comentarios


bottom of page