top of page
Rechercher

Encore le bien-être animal... eh oui : c'est le socle!

Le concept de bien-être animal se fonde sur le ressenti de l’animal vis-à-vis de son environnement. Il est déterminé pour un individu particulier dans un milieu donné.


Le bien-être animal peut être étudié sous différents angles: éthique, philosophique, économique, juridique, scientifique...


C’est par une réflexion conjointe de tous ces points de vue que l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a proposé, suite à la publication d’un avis en 2018, la définition suivante du bien-être animal :


« Le bien-être d’un animal est l’état mental et physique positif lié à la satisfaction de ses besoins physiologiques et comportementaux, ainsi que de ses attentes. Cet état varie en fonction de la perception de la situation par l’animal. »


Cette définition se veut suffisamment générale pour s’appliquer à tous les contextes dans lesquels les animaux sont confrontés aux humains, et suffisamment précise pour être applicable sur le terrain.


Il s’agit donc ici d’expliciter cette notion et de l’appliquer à l’animal de compagnie.


Le Farm Animal Welfare Council (Comité du bien-être des animaux de rente) a proposé les premières fondations de la définition du bien-être animal.


Il décrit ainsi cinq « libertés physiologiques » :


Liberté physiologique : « absence de faim et de soif par la possibilité d’accéder librement à de l’eau et de la nourriture saines pour le maintien d’un bon niveau de santé et de vigueur. »


2) Liberté environnementale : « absence d’inconfort grâce à un environnement approprié, incluant un abri et une aire de repos confortable. »


3) Liberté sanitaire : « absence de douleur, de blessure et de maladie par des mesures de prévention ou un diagnostic rapide, suivi du traitement approprié. »


4) Liberté comportementale : « expression d’un comportement normal grâce à un espace suffisant, des installations adaptées et la compagnie d’autres congénères. »


5) Liberté psychologique : « absence de peur et de détresse en veillant à garantir des conditions de vie et un traitement des animaux évitant toute souffrance mentale. »


Chez les animaux de compagnie, le respect de ces libertés physiologiques peut se traduire de la manière suivante :


Environnement approprié : espace et abri adéquats : absence de températures extrêmes, lumière adéquate, faible niveau sonore, propreté, accès possible à l’ombre lorsque l’animal se trouve à l’extérieur; régime équilibré répondant aux besoins nutritionnels de l’animal en fonction des étapes de sa vie avec accès approprié; eau fraîche fournie ad libitum


Comportement : possibilités d’exprimer un comportement normal, incluant les comportements sociaux dirigés vers les autres animaux et les humains.


Sécurité : absence d’isolation et évitement de situations stressantes. Identification (puce ou autre moyen légalement reconnu).


Soins : vaccination, contrôle des parasites internes et externes, visites de santé chez le vétérinaire, accès aux soins vétérinaires.


0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Les rituels d'élimination du chat

Le chat choisit généralement un ou plusieurs sites d'élimination. Il calque généralement ses habitudes sur l'exemple donné par sa mère. La plupart des chatons commencent à apprendre la propreté dès l'

La communication tactile du chien

La communication se définit comme un processus par lequel un individu, l’émetteur, émet un signal en direction d’un autre individu, le récepteur et influence le comportement de ce dernier. Elle permet

L'odorat du chien

La muqueuse olfactive du chien varie de 85,3cm2 chez le fox terrier à 200cm2 chez le labrador contre seulement 5 cm2 chez l’Homme. Le nombre de cellules olfactives est également très supérieur à celui

Comments


bottom of page